Logo Triangle génération humanitaire

FAIRE
UN DON

 

YEMEN

Amélioration d’urgence des conditions sanitaires des populations
Yéménites en proie à la crise et aux épidémies

DOMAINE D'EXPERTISE

Eau, hygiène et assainissement

Eau, hygiène et assainissement

FINANCEMENT

Logo Centre de Crise et de Soutien
Logo Vitol-Foundation

BENEFICIAIRES

27 207
personnes

Du 01/01/2021 au 31/12/2021

12
mois

BUDGET GLOBAL

582 000
euros

Plus des deux tiers des Yéménites (17,8 millions de personnes) ont aujourd’hui besoin d'un soutien pour répondre à leurs besoins essentiels en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène, dont 12,6 millions se trouvent  dans un état de besoin aigu. Les systèmes publics d'eau et d'assainissement ne fournissent pas les services minimums et sont souvent proches de l'effondrement. Seulement 46 % des populations urbaines sont connectées à des réseaux d'eau publics, partiellement fonctionnels, et plus de 55 % de la population n'a pas accès à une source d'eau potable, ce qui pousse les communautés à recourir à des sources d'eau non potable, alors que seulement 24 % des ménages déclarent traiter l'eau à domicile. Environ 60 % des ménages déclarent laisser des déchets dans les lieux publics en raison de l'absence de systèmes de collecte mais aussi d'une insuffisante sensibilisation. La flambée des prix et la baisse du pouvoir d'achat ont créé de nouveaux obstacles économiques à l'accès à l'eau potable et aux articles d'hygiène personnelle.

Installation de réservoirs pour le stockage de l’eau

Installation de réservoirs pour le stockage de l’eau, photo Sanad Anis

Ces conditions critiques en matière d'eau et d'assainissement constituent un facteur majeur de propagation des maladies transmissibles et aggravent le risque de choléra, de malnutrition et d'autres maladies liées à l'eau et à l'assainissement. Bien que des données fiables manquent quant à sa réelle prévalence, l'épidémie de Covid19 a exacerbé le besoin d'eau et d'articles d'hygiène, dont l’insuffisance entrave la promotion de mesures préventives. Combinée à d'importants déplacements de population et à la perte de moyens de subsistance, cette situation conduit les communautés à recourir à des mécanismes d'adaptation et des pratiques en termes d’EHA néfastes à la santé, en particulier celle des enfants.

Le gouvernorat d'Aden, qui est l'un des gouvernorats comptant le plus grand nombre de personnes déplacées par le conflit (59.598 personnes déplacées et 299.412 rapatriés en 2019), reste dans une situation préoccupante. 800.000 personnes s’y trouvent dans une situation de grande vulnérabilité, dont 40 % sont dans un état considéré comme critique. Une insécurité alimentaire importante persiste, ce qui se reflète dans les indicateurs nutritionnels : avec une prévalence de 15,5% de la malnutrition aiguë globale et de 2,1% de la malnutrition aiguë sévère, le gouvernorat d'Aden est l'un des plus sévèrement touchés, un fait auquel contribuent directement les mauvaises conditions actuelles en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène.

Pour contribuer à une amélioration rapide des conditions d'hygiène et d'assainissement dans les quartiers particulièrement desservis ciblés par le projet, pour répondre à l’exigence d'une meilleure lutte contre les vecteurs et pour contribuer à la lutte contre la malnutrition multi-causale, l'action propose la fourniture de services EHA d'urgence, en particulier d'eau potable par camions citernes et de biens d’hygiène personnelle.

Fille recueillant de l'eau dans un réservoir

Fille recueillant de l'eau dans un réservoir d'eau installé et rempli, photo Sanad Anis, 21 mars.

L'intervention proposée est pensée comme une contribution aux besoins globaux en eau des ménages, qu'elle n'a pas pour ambition de couvrir entièrement mais de compléter tout en garantissant qu'une part suffisante de l'ensemble de l'eau disponible sera adaptée à la consommation humaine. L'action est ainsi conçue de sorte à fournir 8 litres d'eau potable par jour et par personne, étant entendu que l’accès à l’eau est très disparate et que les quantités réellement collectées pourront varier selon les familles : l’action aura de ce point de vue une dimension régulatrice permettant à chacune des familles ciblées de bénéficier d’un accès à l’eau conforme aux standards minimaux.

En parallèle, l'action assurera la fourniture de biens d’hygiène personnelle, ciblant prioritairement les plus vulnérables des familles (1500 familles ou 10500 personnes) venant appuyer la promotion de bonnes pratiques d'hygiène, y compris en réponse aux épidémies actuelles. Des membres de la communauté, des femmes dans toute la mesure du possible, seront mobilisées, sensibilisées et formées, et diffuseront des messages clés simples concernant l’usage de l’eau et les bonnes pratiques d’hygiène dans leur quartier et aux points de distribution d'eau. Elles seront en outre chargées d’animer, sous la supervision de personnel TGH, des opérations de nettoyage et de désinfection des contenants utilisés par les familles.

Enfant Assurant la corvée d’eau

Enfant Assurant la corvée d’eau, photo Sanad Anis, TGH